Thursday, July 07, 2011

2 jours dans un cendrier

Après s'être arrêtés 2 jours à Esquel, petite ville sympathique au pied des Andes où on a visité l'incroyable Parque Nacional Los Alerces, on a commencé notre longue montée vers le nord de l'Argentine via la route 40.


Etant donné que les distances sont longues, on doit couper la route en deux et parfois s'arrêter dans des petits bleds sans grands intérêts avant de poursuivre.


C'est le cas pour El Bolson. Ya pas grand chose là, à part que c'est situé dans une vallée d'où la pollution ne peut s'échapper faque ça pue.


Alors on continue la route vers Bariloche qui est supposément très affectée par le volcan Puyehue. C'est que depuis quelques semaines, le volcan crache de la cendre qui recouvre toute la région. Les cendres se rendent même parfois jusqu'à Buenos Aires.


Finalement, les cendres sont partout mais pas en grandes quantités. C'est comme du sable partout, sur les toits dans les rues, sur les chars, dans les magasins, etc.


Le problème n'est pas la cendre en soit. C'est le vent!


Ça fait que les cendres sont partout, sur les toits, dans les rues, sur les chars, dans les magasins, dans les yeux, dans les oreilles, dans les cheveux, dans le nez, dans la bouche.


Le soir venu, on dirait que tu as une laine d'acier sur la tête, tu mouches noir et tu as du sable entre les dents :) 











Wednesday, July 06, 2011

Road Trip Argentine - La longue traversée

Là on commence à jaser!

Après une pause sans intérêt dans la ville de Trelew, on file pour 7 heures de char vers l'Ouest du pays pour atteindre les Andes.

Dès qu'on passe Las Plumas (record du trou le plus trou à date), où un vieux bonhomme transporte du stock sur la route dans une brouette en bois à 9h00 du matin, on commence à voir les plus beaux paysages depuis le début du voyage. Une route sinueuse à travers des pics rocheux, des vallées désertiques, des troupeaux de lamas, des moutons et le rio Chubut qu'on suit presque tout le long du trajet.

Il ne faut pas manquer de gaz, tomber en panne ou faire un face-à-face dans ce coin là car l'ambulance la plus proche prendrait 4-3 heures juste pour nous rejoindre! Je pense qu'ils ne se donneraient même pas la peine de venir nous chercher... on se biodégraderait tranquillement sans laisser de trace. :)

De toute façon, la route est belle, presque pas de glace, il fait soleil et on mange de l'asphalte en prenant quelques photos.

En s'approchant de Esquel dans les Andes, on roule finalement sur la 40!!

Pas l'autoroute 40.

La Ruta 40, la mythique route qui parcourt l'Argentine du nord au sud! On en entend parler depuis un méchant bout et bien qu'on ne puisse pas la parcourir au complet dans ce voyage, on en mangera quelques centaines de kilomètres.

Parlant de manger, je peux dire qu'il y a pas grand chose de plus l'fun que manger une sandwich jambon fromage en roulant sur la Ruta 40.

Tuesday, July 05, 2011

Allons-nous en finir avec la côte Est de l'Argentine?

Partis de Sierra de la Ventana, on mange de l'asphalte jusqu'à Bahia Blanca où on revoit la mer et un gars qui est trop content de nous vendre l'horaire de la Copa America 2011.

En plus il s'apelle Alejandro... s'tu pas une belle coïncidence touchante ça?

On avale une autre tostada et on file vers Viedma où on trouve un hôtel avec une chambre qui sent tellement le parfum qu'on a pas besoin de se laver, on sent bon en rentrant.

Le lendemain on doit remanger de l'asphalte jusqu'à Puerto Madryn, un stop forcé avant de poursuivre vers Puerto Piramides, le plus trou d'entre les trous qu'on aura fait jusqu'à date.

C'est un petit village perdu dans la Peninsula Valdes, un parc national où on peut voir des baleines, pingouins, lions de mer et autres bibittes marines.

Comme les distances à faire pour voir les animaux sont un peu trop malades et sur des routes de gravel, on décide de faire juste le plus proche et voir des lions de mer et des baleines.

On les voit les lions de mer, mais pas les baleines. En fait, oui. Des petits dos de baleine et des poffes d'air de baleine. Pas de queue de baleine. Par contre, on donne un lift à deux mexicains et un belge qui sont dans le coin, mais ne se donne pas le trouble de coucher à l'intérieur. Ils préfèrent dormir à 2 degrés dans un abri sur le bord de la mer avec le vent à 70 km/h et les vagues qui passent par-dessus l'abri. Du monde douillet tsé.

A part de ça, on réussi tant bien que mal à manger le soir venu. Le seul resto ouvert est tenu par un gars Espagnol qui vit à Puerto Piramides ("c'est quoi ton problème?") et qui sert des Patatas bravas (qui n'en sont pas vraiment) et du risotto (qui n'en est pas vraiment).

Dans ce resto, il y a un merveilleux feu de foyer qui enboucane la place au complet quand le gars se met à faire des frites.

Morale de l'histoire, ou bedon c'est le foyer, ou bedon c'est les frites. Pis prend pas le risotto, tu vas être déçu.

Monday, July 04, 2011

L'ami d'Obama à Sierra de la Ventana

Après Tandil, direction Sierra de la Ventana... une petite chaine de montagne au centre de la Pampa.

On doit le nom Sierra de la Ventana (fenetre) a un trou dans le top d'une montagne de la Sierra (pas ben gros, vous le voyez?). Pas super impressionnant d'en bas mais après l'avoir vu sur des photos et avoir lu là-dessus, le voir en vrai nous fait quasiment verser une larme... parce qu'il vente en fou pis qu'il fait a peu près -1000 celcius.

Tout ça pour en venir à dire qu'on est clairement les seuls touristes dans ce bled perdu à ce temps-ci de l`année.

On est allé mangé au seul resto ouvert et on est allé prendre une grosse bière au bar "Che Pepe", où on accepte avec joie les enfants, les chiens et les grand-mères. 2 gauchos jouaient aux pool et un gars tannant complètement saoûl est venu nous parler de sa blonde française Audrey qui est supposée revenir à Sierra de la Ventana à un moment donné.

Oublie-la Pablo, tu te fais du mal pour rien.

Sinon ben on a couché dans un petit quartier résidentiel dans une cabaña louée par un Argentin retraité qui a déménagé en Californie à 7 ans, a travaillé pour le gouvernement Américain à Washington, en Europe, au Japon, en Australie et "god knows where". Il est aussi un ami personnel d'Obama et a reçu un email de Michelle Obama il y a quelques jours (yeah right). Depuis qu'il est revenu en Argentine, il prend ça cool, s'habille en "chienne" et travaille sur son chalet sur le top d'une montagne.

La grosse vie sale à Sierra de la Ventana.

Sunday, July 03, 2011

Road Trip Argentine - 3ième partie - Tandil

Pour couper le chemin en deux et sortir un peu de la Pampa, on va vers Tandil, une petite ville dans le centre de la Sierra de Tandil.

En route, on jase, on regarde la plaine, on lit le dictionnaire espagnol et on écoute la radio argentine ou les animateurs parlent par dessus les chansons! On comprend pas trop ce qu'ils disent mais c'est une drole de tradition.

Arrivés à Tandil, on se trouve une sympathique cabaña, une sorte de petit chalet que les gens construisent sur leur terrain et louent aux touristes.

Super cool la place, les gens sont sympa et c'est pas cher! Le problème c'est que c'est pas chaud chaud. Ça fait quand meme un bout qu'il n'a pas eu de touriste ici alors le chauffage est fermé et le sol est un bloc de béton glacé. Finalement on dort avec notre tuque mais.... on a le déjeuner livré directement à la cabaña alors tout est pardonné. :)

A Tandil, on a bu une bière sur le bord d'un foyer dans un bar au centre-ville et on a mangé une parillada vraiment trop grasse.

A part le boudin vraiment délicieux et les saucisses de croquant (miam et yark en meme temps), j'ai gouté "une affaire" grillée en forme d'oreille humaine.

C'était pas bon.

Road trip Argentine - 2ième partie

Après un périlleux départ de Buenos Aires, nous avons longé la cote Atlantique, passé par La Plata, San Clemente del Tuyu pour finalement dormir notre première nuit de route à Piñamar.

Ça a l'air de rien sur la carte, mais c'est quand meme 400 quelques kilomètres dont environ 50 km de pur stress pour sortir de Buenos Aires sur l'heure de pointe.

Une fois sorti de Buenos Aires, la route est belle, calme et loooongue.

On l'avait lu et planifié, mais c'est vrai que les distances sont énormes. D'ici la fin du voyage, on roulera entre 2 et 7 heures chaque jour ou presque pour faire une boucle vers le sud et l'ouest pour finalement revenir à Buenos Aires pour prendre l'avion.

On roule en Chevrolet Classic, un petit char pas puissant pantoute mais qui s'avère assez confortable et économique.

Donc.. première nuit à Piñamar, petite ville cotière, super occupée en été mais complètement morte en hiver. On a réussi à manger un peu dans le seul resto-bar ouvert dans la ville (à part le McDo).

On mange ici (sans trop le savoir) la première d'une longue lignée de sandwichs grillés (ou pas) de jambon et fromage.

Les grillées sont les "tostada" et les pas grillées sont les "miga". Ça a l'air de rien, mais c'est délicieux et la quantité mangée va surement accoter la quantité de steak. :)


Pour en revenir à la route, on connaissait pas vraiment "La Pampa" argentine. Là, on la connait...

En fait, 2 kilomètres auraient été suffisant pour la connaitre.

C'est partout pareil!

Des millions de kilomètres carrés de plaine, platte, loooooongue sans végétation ou presque.

C'est long longtemps... mais la conduite est facile et pas trop stressante quand tu croises 1 char aux 15 minutes :)

Heureusement qu'il y a les petits village de temps en temps (chaque 2 hrs!) pour se changer les idées... et se rappeler qu'il y a du monde qui vivent dans des trous perdus pas à peu près!

Friday, July 01, 2011

Road Trip Argentine - Jour 1

J'ai déjà blogué un peu sur les habitudes de conduites des Argentins.

En gros, c'est des malades.

Donc pour notre 3ieme fois en Argentine, on se  transforme en Argentins pour notre road-trip dans la campagne lointaine de la Pampa et de la Patagonie.

Aller chercher notre char loué dans le fin fond de Buenos Aires, dans un quartier résidentiel, était pas mal bizarre en partant. Meme notre chauffeur de taxi était suspicieux.

- Chicos, etes-vous certains que c´est une compagnie de location de char cet édifice?

Juste ca c´est un peu stressant en partant.

Finalement c'était ben correct et le gars était super professionnel.

Une fois les explications terminées (quoi faire si le char pète, quoi faire si un pneu pète, quoi faire si on échappe du maté sur les sièges :)), on est partis en confiance (non!) vers l`aventure. Les premières manoeuvres sont toujours un peu délicates avec un nouveau char, mais avec la bonne attitude habituellement ça va bien.

Sauf à Buenos Aires.

Rentrer sur l'autoroute de 4 voies (mais 13 voies pour eux) était déjà pas mal périlleux... mais quand le GPS nous a fait passer par l'avenue 9 de Julio, c'était carrément du délire! Cette avenue est la rue la plus large au monde (140 metres, 16 voies), dans un pays ou les gens roulent en fou, ne respectent pas les lignes des voies et surtout, ne flashent pas.

De la grosse relaxation pure et simple!

Monday, June 27, 2011

Montréal-Buenos Aires - La journée la plus courte/longue

Après une nuit passée à Sin City à cause de l'annulation de notre vol (bris mecanique), nous sommes finalement partis vers Buenos Aires en passant par Santiago, Chili.

Après une nuit passée à Santiago à cause de l'annulation de notre vol (cendres de volcans ou avion pas assez plein?), nous sommes finalement partis vers Buenos Aires.

2 vols retardés, 2 vols annulés, ça fait 50-quelques heures de voyagement pour un vol qui aurait du etre de 17hrs total.
Au Québec, quand on est partis, c'était la journée la plus longue de l'année et tout allait bien, l'eau de la toilette tournait du bon bord. Quand on est arrivés ici, c'était la plus courte de l'année et l`eau de la toilette tournait dans l'autre sens. Tout à fait normal, mais c`est quand meme le monde à l'envers!

Tout ça pour dire qu´on a eu une seule journée à Buenos Aires mais on a su en tirer profit. On a visité la Casa Rosada, on a écouté des podcasts en espagnol sur la Plaza de Mayo et on est allé voir un show de tango incroyable au El Querandí.

A part de ca, et bien... pendant que les Suédois mangent leur hamburger à la fourchette, j'avais jamais remarqué avant mais, les Argentins mangent leur sandwich toasté avec une napkin!


Scandale!

Monday, September 06, 2010

Jaloux des Copenhagois



Je ne suis pas juste jaloux, les copenhagois font royalement ch*&r. Ils ont le meilleur système pour circuler à vélo au monde! 

- 37% des gens utilisent le vélo pour aller au boulot ou à l'école. 55% de tous les déplacements (épicerie, cinéma, etc) se font à vélo. 66% des cyclistes utilisent leurs vélo même l'hiver!

- Il y a des pistes cyclables partout, bien configurées avec une voie dans chaque sens du traffic, pas deux voies qui se rencontrent comme à Montréal où tu manques de te tuer quand tu veux dépasser.

- Il y a une rue à Copenhague ou tu peux rouler pendant 6 km sans frapper de lumière rouge car elles sont synchonisées pour la vitesse des vélos!

- Une des rues les plus occupée voit passer plus de 30 000 vélos par jour!

- À Copenhague, tu peux simplement laisser ton vélo n'importe où (ok, pas vraiment légal mais tout le monde le fait) en barrant simplement la roue arrière (le système de verrouillage est génial!). Pas besoin d'accrocher ton vélo à un parcomètre ou un poteau, personne ne va te le voler. À Montréal il faut que tu partes avec ton siège car il y a même des voleurs de sièges!!!

- Les voies cyclables sont bien indiquées, même à travers les intersections où une section de la chaussée est peinte en bleue

- Les cyclistes ont leurs propres feux de circulation comme les piétons, et certains sont configurés pour changer au vert quelques secondes avant ceux des autos. 

- Les vélos gratuits du système public peuvent être empruntés par n'importe qui via un simple système de dépot. Tu mets 3 piasses dans le support pour débarrer un vélo et quand tu le rapportes, ton 3 piasses t'est rendu. Quand même pas mal plus simple que le modèle de Bixi non?

- Tout le monde fait du vélo... jeunes, vieux, parents avec bébés, en soulier à talons, en complet, le matin, le soir, pour aller travailler, pour le fun...

- Tout le monde respecte les règles de la route. Ici on fait ses signaux, on ne traverse pas si la lumière n'est pas verte, on ne fonce pas sur les piétons.

- Les automobilistes respectent la priorités aux vélos et sont habitués d'en voir partout. Donc, plus il y a de vélos, moins il y a d'accidents!!

Vive Copenhague!

Regardez ces vidéos pour en être convaincus : 




Une ville, quatorze îles!

Finalement dans la capitale Suédoise après 3 heures de traversier et une heure de train de banlieu.

Et quelle ville! C'est franchement grandiose à comparer aux autres villes scandinaves. Ça fait penser un peu à Prague, sans les poupées russes.

Après avoir parcouru les rues de la vieille ville et assisté à une cérémonie de changement de la garde un peu trop pompeuse (surprenant pour un peuple pour qui la modestie est une valeur importante), on a parcouru des quartiers moins touristiques pour aboutir dans un petit pub tenu par un vieux monténégrin. Slobodan était vraiment super content de nous parler de son pays et il nous a sorti tout ce qu'il a pu trouver sur le Monténégro. Il nous a même offert une grappa de pruneau typique de là-bas et une bonne Jelen Pivo, la bière nationale.

Il est sûrement le plus grand ambassadeur du Monténégro en Suède! Go Slobo Go!

Pour notre deuxième journée à Stockholm, on s'est gardé les visites culturelles... l'hôtel de ville (ou a lieu la cérémonie des prix Nobel), la Riddarholmen Kirken (église ou sont enterrés les rois et reines de Suède) et l'incroyable musée Vasa qui contient un vaisseau de guerre datant de 1628.

Ce vaisseau, commandé par le roi Gustavus Adolphus et supposé participer à la guerre de Trente Ans a finalement sombré lors de son voyage inaugural, à cause d'un problème technique, après avoir navigué pendant un petit 1.5 km!! Après 333 ans sous l'eau, les Suédois l'ont finalement sorti et en ont fait un musée hallucinant.

Avant de quitter Stockholm, on a mangé des (fameuses) boulettes suédoises et dormi une dernière fois dans notre armoire à balai au douteux Best Hostel (j'ose pas imaginer le Worst Hostel), avant de se diriger vers Copenhague!

Ils mangent leur hamburger à la fourchette!

Rendus à Visby, on a, de peine et de misère, réussi à avoir notre appart, très chouette, dans le centre de la vieille ville.

Tout le monde nous le disait que ça serait beau Visby.

- Visby? ha oui, c'est beau!
- Vous allez à Visby, wow, c'est super beau
- C'est beau!
- C'est ben beau Visby vous verrez
- HAaa! Visby, wow!
- Visby = beau!!

Ya juste notre ami Pietr qui avait autre chose à dire :

- Mais kessé que vous allez faire à Visby!!?? Heille Sven, mes amis australiens s'en vont à Visby!

De toute façon, notre idée était faite depuis longtemps et c'était super beau :) La première journée on a loué une Skoda pour découvrir une partie de l'ile de Gotland. Les routes sont presque aussi désertes qu'en Islande, mais quand même pas mal moins belles. Après s'être rendus à l'extrème nord-est, à Fårö ou on a vu un phare, d'incroyables formations de calcaire sur le bord de la mer et mangé un hamburger au cahoutchouc, on est revenus à Visby en passant par des beaux petits villages de campagne. Chaque village a sa vieille église médiévale authentique, ce qui fait un total de 94 églises sur cette petite ile de 60 000 habitants!!

Visby en tant que telle est une belle petite ville fortitiée qui perd tout son charme à cause des voitures qui peuvent circuler dans la majorité des petites rues étroites. Sinon c'est superbe et très touristique évidemment.

À part de ça ben les Suédois mangent leur hamburger avec leur couteau et fourchette. :)

Tuesday, August 31, 2010

Goteborg --- Visby en une journée

Aujourd'hui on est en transit. On part de Goteborg à 9h42 du matin pour arriver à Visby (Gotland) à 23h20. Pour ça il faut faire un trajet de train, un transfer à Stockholm, un autre transfer à Vishkekchose, un transfer à un bateau à Nynashamn pour finir a Visby.

Il ne se passe pas grand chose dans ce temps là, mais on voit du pays et on a mal au coeur.

En Suède avec le cousin de la fesse gauche de Teemu Selanne

En Suède, on commence à Goteborg, ou on a presque eu le goût de changer nos plans et rester moins de temps que prévu.

Mais ça c'était avant de rencontrer Pietr qui connait Saku Koivu, hais les français, confond Canada et Australie, vient juste de se faire larguer par sa blonde juive-new yorkaise et qui est de sang noble (The three crowns, fuck!)... et un gros finlandais amateur de Harley-Davidson et dont la cousine est mariée avec Teemu Selanne. Oui oui, LE Teemu Selanne. (J'ai quasiment le goût de dire... Who's that motherfucker? mais je sais qu'il est connu)

Finalement, Pietr est un bullshitteux qui n'a pas une cenne (non, c'est vrai, il ne trouve pas son argent dans ses poches, c'est pas pareil!) et qui boit constamment sur le bras de n'importe qui dans un bar... Quand c'est pas qu'il pique littéralement la bière du monde. Trop comique-pathétique ce Pietr.

Quant à notre Finlandais cousin par alliance de Teemu Selanne, faut être patient... super smath le gars, mais jaser avec ce gars là, c'est jouer à "devine ce que je veux dire" avec comme indice un (1!) mot d'anglais par phrase. T'as le goût de lui demander si ça lui dérangerait ben gros de mimer à la place. ;)

On a finalement eu du bon temps à Goteborg et... ha oui, on dormait sur un hotel-bateau.

Norvège, fjords, black metal et cie...

Après l'Islande, on est sauté du côté de la Norvège, pays du Black Metal! AAArrrggghhh!!!

Ok, il n'y a pas juste ça, il y a aussi des groupes de musique dans lesquels les membres s'entretuent ou brûlent des églises.

Un passe temps comme un autre au pays des Vikings :)

On a commencé notre séjour à Bergen dans l'ouest du pays. C'est supposément la porte d'entrée des fjords de la Norvège, mais après avoir vu les fjords de l'Islande... et avoir vu le prix exorbitant des excursions pour voir ceux de la Norvège, on a opté pour un tour sur le White Lady. C'était franchement moche.

Ok, faut pas trop se plaindre quand même. C'était simplement pas à la hauteur.

Parlant de prix, la Norvège c'est dispendieux. On a beau chercher pour des repas à prix raisonnables et des pintes de bières abordables, c'est rare.

Grosso modo, une bière c'est 10$. Et on ne parle pas ici d'une bonne pinte de Guinness sirupeuse... on parle d'une bonne mais disons le franchement, fade, Pilsner ou Lager.

Et un repas au resto c'est pas vraiment en bas de 20$ par personne.. et il faut chercher! Donc au final, on se rabat sur des hot-dogs dans la rue ou encore des petits repas de dépanneur qu'on mange dehors.

Car ici, il y a quelques chaînes de dépanneur dans lesquels tu peux acheter des repas sur le pouce. Comme si les Couche-Tard vendaient du pâté chinois "au poids" qu'ils te réchauffent dans un micro-onde. Au début c'est weird, mais on y prend goût.

Tout ça pour dire qu'on a lu que c'est moins cher en Suède et au Danemark faque on a hâte de manger autre chose que des sandwich ou du poulet Tika Masala réchauffé dans une boite. :)

Ok on va pas se plaindre mais on pensait que ça serait un peu moins cher en général.

Ce qui est cool c'est qu'on est pas trop dépaysé d'avec l'Islande côté langue. On comprend rien, égal à l'Islande. :) Hehhe.. mais on apprend plein de nouveaux mots et on remarque les similitudes d'avec l'anglais, l'allemand et parfois l'influence du français.

Donc à Bergen, on a fait une petite croisière, on a visité la ville, descendu le Floyen (vraiment cool!), visité un village d'antan (plaaaatte!) et pris une bière dans un bar d'habitué ou il y a de la musique Live (cool!) à 5 heure de l'après-midi... mais c'est du country (euh...) pis y a juste des vieilles matantes qui dansent sur du (qu'en sais-je?) Garth Brooks en cruisant des mononcles déjà saouls. Un classique pour ceux qui sont blasés du Black Metal je suppose ;)

À Oslo, on a dormi dans un hôtel vraiment trop chic pour des backpackers mais ô combien confortable (on est pseudo frais-chier!), mangé 4 assiettes de dejeuners au buffet gargantuesque (inclu, pouce en l'air!), visité le musée du prix Nobel de la paix (way to go Barrack!), fait la visite guidée de l'Hôtel de ville (wow!), mangé du poulet Tika Masala réchauffé dans une boîte (mmm!), trouvé une place ou ils vendent la bière à 8$ (double pouce en l'air!)

Tournez la page, on rentre en Suède.

Sunday, August 22, 2010

Une virée en auto en Islande!




Après avoir passé du temps à Reykjavik (trop de temps), on a loué une voiture pour parcourir l'ouest du pays.

Le plan : contourner la péninsule Snaefellness le premier jour et le jour suivant, aller virer complètement dans le nord, le plus loin que la route peut nous amener. On reviendra le 3ieme jour jusqu'au sud ou on prend l'avion.

C'était un plan un peu fou selon Elsa notre guide de Golden Circle, mais on était confiants au volant de la microscopique Chevrolet Spark.

Effectivement c'était un peu ambitieux, surtout que ça roule pas vite ici à cause de l'état des routes (étroites, toutes croches et parfois à une seule voie pour les deux sens!). On roule en moyenne à 70-80 km-h et plusieurs routes ne sont pas asphaltées (sans indications sur les cartes!)

Ceci dit, ça a valu la peine. Ce sont les paysages les plus extraordinaires que j'ai vus. (Quoique là, j'écris dans le train entre Bergen et Oslo et c'est pas piqué des vers aussi)

- Cratères
- Montagnes de pierre volcanique
- Champs de lave (super impressionnant, on se croirait sur mars!)
- Chutes hallucinantes
- Hot springs
- Flancs de montagne verdoyants
- Falaises incroyables
- Plages de pierres bleues (dans mes yeux de daltonien)
- Fjords
- Petits troupeaux de moutons sur la route
- Glaciers

Ce qui était aussi super intéressant c'est que le traffic était pour ainsi dire inexistant. Dans la campagne islandaise, tu peux rouler pendant une heure sans rencontrer d'auto. C'est vraiment cool car tu te sens seul au monde... mais tu as quand même le gout de sacrifier un mouton pour les dieux vikings pour être sûr que la Chevrolet Spark tienne le coup dans les côtes à 12 degrés... ou quand tu es sur la route accrochée à une falaise de ché-pas-trop-combien de pieds pis que tu traverses un nuage qui limite la visibilité à 2-3 moutons de loin.

Un peu stressant tout ça, mais le paysage en vaut le coup! Quand ils disent que les paysages de l'islande sont uniques, c'est vrai!

Alex ClaudesSon


Les islandais n'ont pas de noms de famille à proprement parler. Ils fonctionnent avec leur prénom et y ajoutent "FilsDe-FilleDe" et leur prénom du père (parfois de la mère si c'est elle qui mène dans la maison :)).

Ça fait que les gens s'apellent Elsa MagnusDottir (Elsa, Fille de Magnus) ou encore Jon Svenson (Jon, fils de Sven). Il peut donc y avoir des Magnus Magnusson ou des Ole Olavson et des Snorri Ericsson. Quand il y a confusion dans un groupe de personnes ou les des personnes ont le même prénom, on ajoute le nom du père, si il y a encore conflit, on rajoute le nom du grand père... et ainsi de suite... Donc dans un meeting officiel, on pourrait s'adresser à Magnus Jonsson Snorisson Ericsson Svensson Olesson.

Tout ça pour dire que les gens ne s'adresse jamais la parole en disant Monsieur Ericsson ou Madame Magnusdottir. Ils utilisent toujours leur prénom, même pour les gens très importants.

D'autres curiosités à ce propos :

- Le bottin téléphonique est en ordre alphabétique de prénom. (À noter que le # de téléphone personnel de la première ministre est dans le bottin!)

- Les fichiers gouvernementaux sont aussi classés par le prénom.

- Le gouvernement (un comité appelé Mannanafnanefnd !!) doit approuver les prénoms donnés à la naissance car ils doivent suivre les règles linguistiques islandaises. Tu ne peux pas appeler ton fils Jack ou ta fille Stacy parce que tu trouves ça cool. Le prénom doit sonner islandais et doit pouvoir se décliner selon les règles de grammaire islandaise.

Aucune idée quelles sont ces déclinaisons, mais il y en aurait 4... quelqu'un les connait?

Friday, August 20, 2010

Ég tala ekki íslensku - Je ne parle pas islandais


L'islandais est la langue officielle en Islande. C'est tu pas croyable ça? ;)

Il y a plusieurs choses qui sont quand même intéressantes sur cette langue très peu parlée (300 000 personnes dans le monde).

Premièrement, si on veut immigrer ici et obtenir la citoyenneté, il faut parler l'islandais. Pas de passe droit, ce qui est une excellente idée pour préserver la langue et la culture.

Ça doit être tout un défi d'apprendre cette langue premièrement à cause de la prononciation impossible pour les étrangers. Vous vous souvenez du volcan Eyjafjallajökull qui est devenu "le volcan islandais" quand les lecteurs de nouvelles ne pouvaient prononcer le nom? Ben ici, tout est imprononçable comme ça. Quand on veut nommer quelquechose entre nous, ça devient très souvent :

- On va tu au resto Isakekchose sur la rue FðiKekchose?
- Bof, j'ai pas vraiment le gout de manger du KÞoKekchose, pis encore moins du JdöKekchose. Je rotte encore le dernier.
- Ok fuck that on va manger notre restant de ÐýáKekchose

On a quand même appris quelques mots utiles :

- Merci : Takk Fyrir (ou juste Takk)
- Salut : Hallo (un facile)
- Beurre : Smjur
- Lait : Mjolk
- Lait au chocolat : Xoco Mjolk
- Hotdog : Pylsun
- Bless : Bye

Les islandais sont fiers de leur langue et ont un comité spécial pour choisir des nouveaux mots islandais quand une nouvelle patante est inventée pour éviter que les gens utilisent le mot anglais. Un peu comme nous, ils ont inventé des mots islandais pour ordinateur, clavier, courriel, téléphone cellulaire, etc. Et les profs d'école n'ont pas le droit d'utiliser les termes anglais.

En gros, leur langue est à peu près la même que parlaient les Vikings quand ils sont arrivés en 870. Ce qui fait qu'un jeune islandais peut lire n'importe quel écrit de n'importe quelle époque de l'histoire de l'Islande, même les manuscrits des sagas écrites par les premiers Vikings établis ici.

Sur ce, Bless!

Thursday, August 19, 2010

La bouffe en islande


J'ai déjà parlé un peu de mon haleine de baleine en Islande. Et bien d'autres mets islandais méritent notre attention, comme le requin putréfié par exemple.

Il y a une chose à mettre au clair en partant avec les requins pour comprendre l'enjeu.

Les requins ne pissent pas.

Leur urine reste dans leur corps et l'acide urique est accumulé dans leur chair. Il y aurait également de l'acide cyanique dans la chair et tout ça a le fâcheux effet de faire vomir du sang si on en mange. C'est pas commode.

En gros, la chair de requin est impropre à la consommation lorsque fraîche. Donc si vous pêchez un requin, il faut éviter d'en manger.

Heureusement, les islandais ont trouvé un moyen de pouvoir en manger, ils le font putréfier.

Ça donnes-tu le goût d'en manger à date?

La première étape consiste à pêcher le requin en évitant de se faire manger par le requin.

Ensuite, il faut vider le requin et lui couper la tête. Vous pouvez faire ce que vous voulez avec la tête. Un collier de dents de requin par exemple fera sûrement sensation à la messe.

Une fois la chair coupée en gros morceaux, il faut la laver pour enlever le limon et le sang, trouver une pelle et creuser un beau gros trou dans de la "gravel", près de la mer, le plus loin possible des habitations. L'odeur est assez forte à ce qui parait.

Il faut mettre les morceaux de requins dans le trou, recouvrir le tout de "gravel" et mettre des grosses roches sur le dessus pour bien presser la viande.

On laisse le tout dans le trou pendant 6-7 semaines pendant l'été ou 2-3 mois pendant l'hiver. Pendant ce temps, la magie s'opère, les fluides sont drainés et la putréfaction se met en branle.

Quand la viande est molle et sent l'amoniac, bref, quand ça a l'air de n'importe quoi sauf de quelque chose de comestible, il faut la sortir du trou, la nettoyer et l'accrocher dans un séchoir à viande. Moi je mettrais des gants pour cette étape.

Après 2-3 mois, une fois que la viande est sèche et ferme, c'est prêt!

Il faut alors enlever le "brun" sur la viande et garder les bouts blanchâtres. On coupe ensuite le tout en petits cubes et on sert avec un peu d'alcool. Mmmmmm! Je sais que vous salivez en ce moment.



Je n'ai pas eu l'occasion d'essayer et je n'ai pas nécessairement courru après non plus surtout quand j'en ai plus appris sur le processus... mais selon ce que j'ai lu, ça sent l'urine et ça goûte le vieux fromage fort. C'est un met fin de l'Islande et très peu de personnes sont capable de préparer le requin putréfié. C'est un savoir-faire qui se passe de génération en génération.

À essayer la prochaine fois.

Islande - Golden Circle

Après une journée à glander dans Reykjavik (qui n'offre pas tant que ça à voir et à faire à vrai dire), on a booké un tour organisé à l'extérieur de la ville pour voir les attractions "must-see" classiques.

On avait lu là-dessus et on a pas été déçus. Ça s'apelle le Golden Circle Tour et ça nous amène dans les environs pour voir, pour commencer, le premier parlement du pays qui existe depuis plus de 1000 ans!

Le lieu dans lequel il se trouve est directement entre les plaques tectoniques Américaine et Eurasienne. Quand on se tient au bout de la plaque Américaine, on voit la plaque Eurasienne de l'autre côté de la faille. C'est assez bizarre comme concept.

C'est à cet endroit que les représentants des communautés de l'époque se réunissaient pour élire le "crieur de lois" et faire le party pendant quelques jours. Le crieur était celui, qui, choisi par ses pairs devait réciter les lois qui auraient cours jusqu'au prochain meeting. Si le crieur oubliait une loi, celle-ci n'était simplement plus en vigueur pendant 3 ans.

Je connais une couple de lois qui mériteraient ce sort...

À part la température exécrable de cette journée, tout était génial. On a vu Geysir(le vrai! celui qui a donné le nom à tous les autres geysers de la Terre), un cratère géant, une chute hallucinante et une centrale géothermique.

Tout ça était débile mais ce n'était qu'un avant goût de ce qui nous attendait...

Sinon ben on a su que notre guide avait 3 télés, 5 ordis, qu'elle ne ferme jamais le chauffage en été car l'électricité ne coûte presque rien et qu'elle chauffe les tuiles de sa salle de bain avec l'eau chaude fournie par la ville.

On a aussi appris que depuis quelques années, quand la ville refait un trottoir ou une rue, ils font passer des tuyaux pour la chauffer puisque l'eau chaude est une ressource inépuisable ici... donc en hiver, pas de chaussée glacée!

Saturday, August 14, 2010

Une haleine de baleine


Quand on mange de la baleine, on rotte longtemps après. :)

Ça a commencé par un long mais agréable vol vers l'Islande. On est arrivé à Keflavik vers minuit et après avoir roulé une cinquantaine de minutes dans le nowhere, on est arrivé dans le nowhere, au terminal de bus de Reykjavik. À 1h du matin, quand on a pas l'adresse de l'hotel et qu'on marche avec le sac sur le dos, Reykjavik n'est pas une ville charmante. Surtout qu'elle est complètement déserte à cette heure. On trouve ça bizarre pour une ville supposément 'de party' ou les gens commencent a sortir a minuit, se battent, cassent des bouteilles dans la rue et vomissent partout jusqu'a 7 heures du matin, mais là, notre tête est ailleurs.

On a finalement trouvé l'hotel (Ipod + Wifi = yé!).

Le lendemain, un peu affectés par le décalage mais contents d'explorer la ville, nous avons marché de long en large pour découvrir Reykjavik. C'est une ville sympathique mais moins pittoresque que ce à quoi je m'attendais. Il y a beaucoup de voitures et les automobilistes ne sont pas très courtois. La ville est aussi assez étendue mais les attractions sont à distances raisonnables.

Après notre premier dejeuner Islandais, on a fait un petit tour à pied (gratuit avec MyReykjavik!) avec un guide islandais super sympathique (Öli) et son ami géant. Le gars est un gros Viking de 7 pieds avec une face de Tröll. On a pu apprendre plein de choses sur l'Islande et Reykjavik. Entre autre que l'Islande a participé à la guerre en Irak mais n'a pas d'armée, que c'est le premier pays ou la chef du gouvernement est ouvertement gai et que le maire de la ville est un acteur-humoriste qui a gagné les élections municipales avec un parti nommé "The best party" et des promesses électorales bidons.

Tout est possible en Islande.

Il nous a aussi parlé de la crise économique qui a durement frappé le pays en 2008. Ça a fait passer le taux de chômage de 1% (!!) à 8% et la valeur de la devise a chuté de presque les deux tiers. La faillite des banques islandaises est la 3ieme plus grande faillite qu'a jamais connu le monde.

Apres la tournee avec Öli, on est allé manger un Hot-Dog (certainement le met national!) au populaire "Bæjarins bestu". Ce nom veut littéralement dire "le meilleur de la ville". C'est vrai qu'il est bon! Avec un genre de moutarde forte, une sauce brune bizarre, des onions et une substance inconnue frite et croquante, ça n'a rien a voir avec le gout de nos Hot-Dogs, mais ça bouche un coin.

Suite à la visite de l'impressionnante Cathédral Hallgrímskirkja ou on trouve une statue de Leif Ericsson, le Viking qui a navigué jusqu'en Amerique au 10ieme siecle, on s'est dirigé vers le resto Sea Baron ou on mange les meilleurs fruits de mer et poissons de la ville.

C'est là que j'ai mangé de la baleine. Chez Sea Baron, tout est vendu en brochette. Brochette de patate, brochette de crevette, brochette de pétoncles, brochette de baleine.

J'ai donc pris une brochette de baleine, qui, pas cuite, ressemble beaucoup à une brochette de boeuf. Une fois cuite, ça ressemble aussi beaucoup à une brochette de boeuf. Les gros morceaux de viande ont la texture du boeuf, la dureté du boeuf et la couleur du boeuf. Mais une fois dans la bouche, on sait que ce n'est pas du boeuf.

C'est du boeuf qui goute le poisson!!!

C'est assez bizarre comme gout, surtout que je n'aime pas le poisson, mais je devais essayer et je me suis quand même forcé pour en manger les trois quarts.

En plus d'être bizarre, c'est dur à digérer pis tu rottes la baleine longtemps après. Pas cool.

Tuesday, September 01, 2009

España 2009 / Seville 2

Seville est une petite ville tres touristique du sud-ouest de l'Espagne. Elle a plus de 2000 ans d'histoire, ce qui lui donne un caractere unique car elle a changé de mains plusieurs fois. Après les romains, il y a eu tour a tour les visigoth, les moors (musulmans) et les monarchies catholiques. Ça a laissé un patrimoine architectural diversifié ou on reconnait les influences surtout musulmanes et catholiques.

Ca parle un peu plus anglais ici, c'est très touristique. C'est d'ailleurs ici qu'on a apperçu nos 3 seuls québécois de tout le voyage.

Toue le monde se tient dans le quartier Santa Cruz, le vieux quartier juif. Ce quartier est un vrai labyrinthe de petites rues de 3 pieds de large ou se cotoient les resto touristiques, les hotels et les edifices prives. On a quand meme trouvé notre hôtel assez facilement malgré qu'en Espagne, les rues ne sont pas toujours indiquées et les numéros de porte encore moins. On a viraillé quelques temps avec notre carte à la main et on a finalement trouvé.

Ici on a visité la grande cathédrale et la célèbre tour qu'il faut monter à pied par des couloirs en pente. Un super bon exercice de cardio quand il fait 45 degrés :)

Nous avons également visité un Alcazar complètement incroyable. Encore une fois nous avons investi pour avoir l'audio-guide et encore une fois ça ne nous a pas décu. Avoir les explications au fur et à mesure, ça change la visite et l'enrichie.

Ici, il y a des dizaines de pièces et jardins qui nous font découvrir le style arabe et cette époque de l'histoire de la ville. La finesse des détails dans la construction et la décoration du palais est tout simplement stupéfiante! Ça donne le goût de visiter le nord de l'Afrique éventuellement pour voir d'autres richesses de ce genre.

En plus de suer comme des jambons ibérico, nous sommes allés faire un tour au plus gros stade de corrida de l'espagne qui est justement à Séville. Nous avons pu le visiter avec une guide qui nous expliqua toutes les traditions entourant ce sport traditionnel et un peu cruel. Le stade en tant que tel est magnifique et nous avons pu apprendre que les toréadors sont de véritables star ici!

Séville est une ville magnifique mais la chaleur accablante nous a empêché de bien l'apprécier.

Saturday, August 22, 2009

España 2009 / Seville

A Seville, y fait chaud (46!) pis le soleil tape, c´est mongole.

J´en dirai plus une autre fois, je suis trop occupé a suer.

Friday, August 21, 2009

España 2009 / Bagel time

C´est a Madrid aussi qu´on a mangé notre repas le plus cher a date... principalement parce qu´on a pas toujours une bonne idee de ce qu´on mange et de ce qu´on commande. On essaye le plus possible de demander mais l´instinct nous est souvent bien utile... sauf cette fois-ci.

On est allé dans un petit bar/resto dans le quartier Latina... supposément un resto de tapas recommandé par notre livre. Deja mettre les pieds dans cet endroit gros comme un garde-robe nous transporte dans un autre monde. C´est tout petit mais rempli d´au moins 50 personnes qui gueulent, la bouche pleine, les 4 fers en l´air, en bouffant des plats variés, se lançant des olives par la tete... ok ok ok... personne ne se lance d´olives ici.

C´est definitivement une place d´habitués et de touristes... les non-habitués... nous.

Pour commander, il y a deux comptoirs :
- la biere : drette en rentrant, ou on doit inevitablement attendre d´avoir une table car le resto déborde.
- La bouffe : la petite fenetre qui donne sur les cuisines. C´est la que se trouve le gerant/caissier/serveur/crieur de commande/laveur de toilette.

A nos cotés, un petit groupe de tourist Anglais qui regardent le menu avec un air de "What the fuck?" classique.

Le menu n´est qu´un napperon, avec 30 mets décrits de mots qu´on a jamais vus de notre vie. Moi qui croyait que notre vocabulaire espagnol était pas pire... j´etais dans le champ.

Finalement, demander des explications n´étant pas une option ici, on s´en remet a notre instinct et on commande "a la botche" 4 plats.

- Hola señor, ça fait que je vais prendre eso (ça), eso (ça), eso (ça) et eso (ça).
- Dacuerdo, eso (ça), eso (ça), eso (ça) et eso (ça).
- Si si, exactamente.
- YasdiuyhY y asiyua iuyas daiuyqweh (phrase incomprehensible)
- Euh... (signe de pouce en l´air) Gracias

Faque j´attends un peu comme un cave pour qu´il me donne ma bouffe pour finalement aller me rassoir a notre table puisque personne attend au comptoir... procéder par imitation réduit généralement le niveau de "cave"té :). Deux minutes plus tard, le gars crie une commande... personne ne se leve... je déduis donc que c´est la notre (en croisant les doigts).

Les 4 plats ne sont pas des tapas finalement mais d´enormes sandwich-bagels 1 pied de large avec du jambon (yé!), du fromage, du kekchose et du autre chose. Super bons mais un peu gros pour 2 personnes.

Finalement, 36 euros plus tard, on a roulé jusqu´a l´hotel, ben plein de bagels.

España 2009 / Manger, boire

Pour un petit repis de soleil et de chaleur incroyable (35 a 45 degres!), on s´offre, a intervals reguliers :), des caña (verre de biere) et des tinto de verano (vin rouge avec glace et eau petillante de citron). C´est en general tres peu chers et c´est tres bon. De plus, ici, on ne pisse pas, on ne fait que suer pour eliminer. ;)

Cote bouffe, la plupart du temps on mange que des tapas qui sont des petits plats style entree. Ce n´est pas toujours economique mais ca permet de gouter un peu a tout. On y retrouve souvent des olives, des salades, des morceaux de viande, des crevettes, du pain et des patates. On peut manger les tapas a toute heure du jour, ce qui est pratique car ici on ne peut pas vraiment souper avant 22h00.

Mes tapas preferes a date sont les patatas bravas (morceaux de patate avec une sauce epicee brevetee) et les ensaladilla rusa (salade de patate avec entre autre thon et mayonnaise).

Mais le top du top, c´est le Jamon Iberico! Du jambon de cuisse vieillit a l´air libre au plafond du resto (degueulasse), d´ou coule le jus de fermentation dans un petit contenant (leve-coeur), tranche a meme le comptoir (insalubre), manipulé mains-nues par le meme gars suintant qui fait payer le monde et qui lave les toilettes (je vais vomir), avec des croutes de gras de 2 pouces (ca me roule dans la gorge) et qu´on paye 4$ pour deux petites tranches. Ce jambon est incroyablement delicieux et est vraiment le plat national. Les espagnols ADORENT le jambon et on en retrouve partout. C´est vraiment un met exquis que je mange le plus souvent possible. Ca doit surement me faire un tort incroyable aux arteres mais si je meurs a cause d´un petit bout de gras de jamon Iberico coincé dans le coeur, je mourrai heureux. :)

D´ailleurs je commence a trembler par manque de jambon alors j´y vais.

Thursday, August 20, 2009

España 2009 / Madrid

Voyageants a 280km/hrs avec le AVE, on est arrives a Madrid en 2h30. Quand meme impressionnant.

Haaa! Madrid, oasis de fraicheur (non!) et d`air pur (non!). C´est une grande capitale bouillonnante ou le traffic est constant. Il n´est pas rare d´ailleurs de voir des bouchons de circulation a 4 heures du matin! Cependant, ils ont eu la bonne idee de fermer des quartiers complets a la circulation. Qu´est-ce qu´on attend a Montreal?????

On a passé 4 jours a Madrid pour faire le tour des quartiers, visiter le magnifique parc Buen Retiro, ne pas aller au musee Prado et voir l`ancienne gare de train, transformee en pseudo-jardin botanique avec un lac de tortues.

Etant donnee la chaleur incroyable ici, on a decidé, sous les bons conseils de
Stef - le voyageur permanent :), de s´evader a Toledo et Segovia.

Sunday, August 16, 2009

España 2009 / Barcelona

(Desole pour les accents manquants. Les claviers de cafes Internet, c´est a peine si tu peux taper quelquechose , alors les accents, fuck that)

Arrives en Espagne sur les ailes de Air TranScrap, on renoue avec Barcelone qu`on a eu la chance de visiter il y a quelques annees. Le vol en tant que tel était vraiment pénible, ce qui est surprenant avec Air TranScrap qui ont des avions tellement confortables d`habitude!!!... mais non s`tune joke! Les billets sont cheap, tout est cheap et ce n`est pas confortable! C´est ca le principe de payer moins cher... Anyway, pas de stress, ils ont la bonne habitude d`amener leurs passagers sains et saufs l`autre bord de l`océan alors ça fait la job.

Il fait toujours aussi chaud a Barcelone ce qui est une bonne nouvelle en soit mais c`est un peu dur a supporter quand on marche toute la journee. (ok, ok, on ne fait pas pitie)

Avec moins de 48 hrs a passer ici, on a fait un sprint de visite pour voir ce qu`on a pas vu la premiere fois :

Tout de suite apres avoir laissé nos bagages a l`hotel, on est allé explorer La Ramblas et le Barrio Gotic, un enchevetrement incroyable de rues pietonnes tres etroites et d`edifices en hauteur. Un vrai labyrinthe. C`est de loin le vieux quartier le plus incroyable que j`ai eu la chance de visiter. Chaque detour nous fait voir une eglise gothique, une ancienne place royale ou un petit bar tranquille ou on peut prendre un bon pichet de Sangria.

Une chance qu`on avait dormi un bon 2 minutes et demi (Merci Air TranScrap!!) dans l`avion car nous n`aurions definitivement pas pu survivre a cette demi-journee de marche.

Le lendemain, on est allé marcher/monter dans le Parc Güell , chef-d´oeuvre de Gaudi. Ils ont eu la bonne idee d´installer des escaliers mecaniques pour monter en haut du petit mont ou se trouve le parc... la vue sur la ville et la mer au loin est incroyable.

Vu qu´il faisait frais (35!), on a decide de marcher jusqu´au port pour prendre le teleferique pour monter au sommet du MontJuic avant d´aller manger et finalement voir l´impressionnant spectacle son/lumiere de la fontaine MontJuic... impressionnant mais quetaine a l´os.

Demain on part pour Madrid... entre temps, on cuit.

Sunday, June 22, 2008

Welcome to the United Steaks of America

Apres avoir hesite longtemps entre la Coree du Nord et le Soudan, on a
decide de prendre ca relaxe cette annee. On a opte pour un petit road
trip en Californie pour profiter de la force du dollar du plusssse
meilleur pays du monde et du gaz pas cher... quoi que ca monte ici
aussi : 4,69$ le gallon!
Les cafes Internet se font rares ici... puisque les gens ont acces a
Internet a la maison ou "font leur frais" en surfant sur leur iPhone.
J'essaie donc le bon vieux pocket pc.
A date:
San Francisco : un peu decevant;
Route Hwy #1 : hallucinant;
Los Angeles : immense et immensement diversifie. C'est le royaume du
char. C'est pas pour rien que le monde capote avec le prix de
l'essence...
Je dois etre bref pour l'instant car ecrire avec un pocket pc, c'est
pas ce qu'il y a de plus pratique...
Direction : Parcs Nationaux!

Saturday, March 29, 2008

Bouffe insolite

Je ne suis pas en voyage présentement... mais pendant que je fouillais dans nos photos de l'Argentine, j'ai trouvé quelques photos de produits alimentaires qui avaient attirés mon attention et mon ventre.


En Argentine et au Chili, on dirait que la saveur préférée est "Jamon y queso". (Jambon et fromage). Pas seulement pour les sandwichs, on trouve des "chips" "Jamon y queso", des empanadas "Jamon y queso", etc...





On a aussi trouvé...





Des arachides à saveur de jambon...



...et même :




des biscuits "social" à saveur de jambon!!





...et pour les mécanos parmis vous, dans la catégorie "pas au jambon mais un peu bizarre", quoi de mieux qu'un bon écrou en chocolat?

Thursday, July 05, 2007

On the road again...




Pour aller de San Pedro de Atacama (ou plutot San Perdu dans l`Atacama) a Santiago, la route est longue... 23 hrs de bus en "cama", sans musique a regarder des films en espagnol... au moins on etait relativement bien assis/couchés.




On a été plus que surpris, disons decus... voir meme en &"&$%$"·"&, de voir qu`apres 2 ans, ils passent encore "Hitch" en espagnol dans les bus... le meme film qu`on a vu 15 fois il y a 2 ans dans les memes bus. On commence a le savoir par coeur.




Une fois arrivés a Santiago, on prends tout de suite nos billets pour Mendoza, l`autre cote des Andes en Argentine... on prend pas de chance car le chemin a des chances d`etre fermé. Le gars qui vendait les billets etait vraiment fier de parler a des canadiens et nous annoncer que le Chili avait planté le Canada au soccer la veille... ;) Quelle surprise! ;)




On a passé quelques heures a Santiago, le temps de rendre une sympathique petite visite pour "hacer una pequenia conversacion" avec la famille de Mylene qui vit la-bas. Notre prof d`espagnol aurait été fiere de nous, on a presque pas utilisé de dictionnaire... ils n`ont peut-etre rien compris de ce qu`on radottait mais ca n`a pas paru :)

Avant dernier trajet de bus pour le retour, on file ensuite vers Mendoza en Argentine le lendemain. Le chemin etait ouvert, mais il neigeait et faisait vraiment froid rendu a la douane, dans le top des montagnes.

On termine le voyage en relaxant quelques jours a Mendoza au pied du mont Aconcagua, en jouant des petits 1.66$ CAD au Black Jack et en mangeant du bon gros steak. Demain soir retour vers Buenos Aires en bus de nuit pour le vol de dimanche soir.
.

C`est tout pour l`Argentine! Hasta luego!

Sunday, July 01, 2007

Happy Birthday Canada! Viva San Pedro!








On a pu festoyer un peu ma fete et la fete du plussse meilleur pays du monde dans un petit bled completement perdu dans le nord du Chili.

Un petit bled en fete par contre.. chanceux comme on est, on est tombé dans la seule fin de semaine ou il se passe quelquechose ici. Le 29 juin marque la fete de fondation du village, alors c´est la fiesta ici! Des parades avec des danses religieuses et folkloriques (pour certaines danses ils font la parade a reculons...un peu bizarre) ou les gens sont costumés avec des habits traditionnels, dont des costumes de lama et de boeuf...

Il y a quelques 4000 personnes ici et je dirais que les 3/4 participaient a la parade... ce qui laissait plein de place aux touristes allemands pour prendre des photos et s´exclamer : "Kossé ca?"


Ici on est en plein milieu du desert d`Atacama, l`un des endroit les plus sec au monde... 10 pauvres millimetres de pluie par année... la seule eau qu`ils ont est celle qui descend des Andes... dans notre guide, ca disait que c`est un petit village, sans guichet automatique, ou l`electricité est coupée entre minuit et 7h du matin et ou l`eau se fait rare. Tout pour donner le gout d`y aller :)

Finalement ca s`est amélioré depuis l`edition du guide (yé!)... forcément a cause des milliers de touristes qui viennent ici pour les excursions dans les environs... ici ca parle plus anglais et allemand qu`espagnol c`est incroyable. On a meme rencontré un franco-quebeco-chilien, un gars qui s´est ouvert un petit resto a San Pedro et qui y vit avec sa femme chilienne depuis une dizaine d´annee. C´est a son resto que j´ai pu gouter a une brochette de lama mariné... surprenant mais super bon! Il nous a parlé un peu de la mentalité du village ou le monde est suuuuuuper radin... tout est cher ici a cause des touristes et les locaux en profite... on en a meme fait l´experience a l´hotel... ou ils coupaient le chauffage la nuit!! Vraiment super confortable dans le desert ou ca descend a pres de 5 degres la nuit!!! On s´est debattus de gestes frenetiques et d´espagnols pour avoir du chauffage, mais apres 2 nuits de chauffage "on and off" suite a nos plaintes, on a changé de place...




Bref, on a fait quelques excursions puisque ca coute presque rien... dont a la Valle de la Luna...

...un coin completement hallucinant du desert d`Atacama ou j`ai pu explorer une grotte de sel... super cool! La montagne est completement faite de sel... theoriquement, on aurait pu licher les murs, mais a la quantite de touristes qui passent la... pas sur!

On a pu aussi admirer un superbe coucher de soleil sur une dune de sable geante...




... et observer des flamants roses dans le Salar de Chaxa, un grand lac "salé" duquel ils extraient du sel et divers mineraux... incroyable de voir ca en plein desert. Le coucher du soleil a cet endroit etait a se garocher sur les murs... on a meme eu droit a un lever de la pleine lune au dessus des Andes... fou braque... On se promet de revenir dans le nord du Chili un jour c´est certain...
Pour l´instant, pas le temps de niaiser, on reembarque pour 23hrs de bus vers Santiago et esperer retraverser les Andes...

Wednesday, June 27, 2007

El camino es plein de neige...


Pour aller de l`Argentine au Chili, il y a quelques passages pour traverser les Andes. Entre autres entre Bariloche et Pucon, entre Mendoza et Santiago et aussi entre Salta et San Pedro de Atacama, un petit oasis dans le desert d`Atacama au nord du Chili.

Passeport en main, on a pris 2 billets de bus pour traverser le Paseo de Jama vers San Pedro... un periple de 9 hrs seulement. ;) Le probleme c`est que ce chemin est souvent plein de neige, surtout a ce temps-ci de l`annee... donc notre bus du mardi a ete annule a cause de la neige. On a été obliges de rester a Salta 2 jrs de plus (quel calvaire ;)) pour essayer de traverser le jeudi. Ce fut une bonne decision de la part de notre compagnie de bus car la journee meme, l`armee Argentine a du rescaper un autre bus de touristes pogné dans la neige dans ce meme chemin. Ca aurait pu etre amusant de faire un petit tour de 4x4 de l`armee, mais bon... comme disent les Argentins, on se serait gelé le cul.

On a pu traverser le jeudi, mais non sans peine. En passant a la douane argentine pour sortir du pays, j`avais pas le "stamp d`immigrant 3 mois" dans mon nouveau passeport... celui qui dit que je suis entre telle date... donc selon les papiers, je n`etais jamais entré en Argentine... personne m`avait dit ca!! Encore une fois Way to go, Canada!

Ca y est, on pensait bien etre obligés de dormir a la douane pour repogner un bus le lendemain vers Salta, mais vive la technologie (incroyable qu`ils aient acces au reseau meme dans des endroits si reculés), le douanier a pu trouver que j`etais bien entre en Argentine telle date avec tel vol de telle compagnie... Big Brother nous check... j`pense qu`il avait meme la couleur de mes bobettes dans son systeme...

Finalement le chauffeur etait pas sur de passer, il a presque voulu revenir a Salta apres avoir fait les 3/4 du chemin... mechant conducteur moumoune...y`avait meme pas de neige ni de glace... il a discuté une demi heure avec ses copains camionneur sur le bord de la route autour d`un bon maté...

"J`y va tu ou j`y va pas... heille, yé bon ce petit maté! "

Pendant ce temps on respirait la bonne odeur du monde qui vomissent dans le bus et des couches de bébés pleines...

Au moins on a atteint notre destination...

Tuesday, June 26, 2007

Un rallye!


Ayant beaucoup de temps a tuer a Salta, on a booké une autre excursion, plus longue cette fois-ci... et finalement beaucoup plus spectaculaire. Le trajet emprunté a été en partie le meme que la voie ferrée du Tren De Las Nubes (Train des nuages).





On a voyagé en petit char cette fois-ci, une Renault Kangol... notre guide (encore moins bilingue que le premier) etait assez mongole. Dans le petit chemin de terre sinueux accroché aux montagnes, il roulait a vive allure en mode "rallye" en nous parlant en meme temps (tete viree vers nous!) des lieu et de cette route difficile, empruntee aussi par des camion de marchandises. Hallucinant! Il etait sur le bord de s`amuser a "drifter" dans les detours!


Bref, c`etait comme avoir un chauffeur privé pour la journee. On etait accompagné de deux Belges (pere-fille) pour la journee, ce qui nous a permis de parler un peu francais. La plus jeune voyageait depuis 6 mois seule en Amerique du Sud et a fait 3 mois au Guatemala... rien pour donner le gout d`y aller, elle nous a parlé de la Guatemala City ou le monde se font tuer pour leur appareil photo ou leur argent... les circuits touristiques utilisent des autobus avec vitres teintees pour pas que les locaux voient l`interieur et aient le gout de voler et violer.... le monde la-bas ne se complique pas la vie pour voler les touristes et/ou se voler entre eux, ils tuent, c`est moins compliqué! C`est la loi de la jungle... Elle nous a meme parlé d`un touriste japonais qui s`est fait massacré par un village entier parce qu`il avait pris des photos d`enfants du village sans leur permission. Sympa... "Visitez le Guatemala... les gens sont acceuillant, vous n`en reviendrez pas." :)


Bref, pour revenir a l`excursion, ici on doit faire le chemin en auto puisque le train n`est plus en operation depuis quelques annees a cause d`un bris mecanique... Ca fait qu`on a plutot fait "Kangol de las Nubes"... on a traverse la Quebrada del Toro ou les paysages changent de facon spectaculaire a tous les quelques kilometres. On avait la langue a terre. On a monté, monté jusqu`a atteindre 2000m d`altitude, un premier pallier dans notre journee.


Arrivés a Tastil, petit village microscopique de 20 habitants (qui est en fait la derniere place pour une pause pipi avant plusieurs centaines de km), j`ai pu constater qu`a 2000m, l`altitude a des effets de ramollissement du contenu des boyaux... bref, a 2000m, on chie mou. ;)


Tout de suite apres Tastil, on a visité les ruines d`un village Inca, le plus grand d`Argentine, situé sur le top d`une montagne a 3200m d`altitude. A son apogee, on estime qu`il y avait plus de 2000 personnes qui y vivaient. Assez impressionant a voir, surtout a cette altitude... il a fallut grimper la montagne en auto mais les quelques derniers metres a pied.. une petite promenade de 10 minutes, insignifiante a premiere vue, mais rendu en haut a 3200m, a cause du manque d`oxygene, on pompait comme deux asthmatiques qui auraient couru un marathon.


Apres avoir redescendu la montagne, on a parcouru plusieurs dizaines de km de paysages stupefiants, avant de rejoindre le village minier de San Antonio de los Cobres.... vraiment un village perdu dans le milieu de nowhere, dans la plaine au pied de la cordilliere. On s`arrete la pour diner dans l`un des trois restos de la ville, le touristique... les 2 autres etant un resto pour les miniers et un resto pour les militaires...

Tout de suite en descendant de l`auto, les enfants se ruent litteralement sur nous pour nous vendre des cossins sculptes dans le bois ou pour qu`on les prenne en photo en echange de quelques pesos, ce qui est pratique courante rendu aussi loin... On a finalement acheté un lama en laine a une sympathique vieille dame qui souriait de sa seule dent... elle devait bien avoir 175 ans...

Apres le diner, le guide nous a offert quelques feuilles de coca (oui oui, celle qui sert a faire la coke), une pratique courante ici apres les repas... j`ai bien maché et ai commencé a avoir un petit buzz sur la langue jusqu`a ce que j`apprenne qu`il ne faut pas macher mais bien caler le tout dans la joue et laisser la salive faire son oeuvre... un peu weird comme sensation sur la langue... j`ai jamais pris de coke, mais j`etais sur le bord de dire au guide : "tasse-toi Pedro, c`est moi qui chauffe!" :)

Une fois San Antonio de Los Cobres quitté, nous avons parcouru plusieurs km monotones dans la plaine et le guide nous suggéra de roupiller un peu si on le souhaitait... mais les paysages (ou la coca??) m`ont gardé eveillé facilement... Sur la route, on a pu admirer plusieurs animaux dont des lamas! On s`est arreté pour s`approcher tranquillement... pas trop sauvages les lamas...

Sur la route, il y a plusieurs petites habitations qui semblent abandonnees mais il y a du monde qui y vivent! Dans le milieu de nullepart, paf, une maison avec du monde, qui vivent de "ché pas quoi" et qui mangent "ché pas quoi"... ca fait apprécier le confort du plusse meilleur pays du monde...

Sur le chemin du retour, nous avons grimpé les montagnes jusqu`a 4170 m d`altitude!!! Le plus haut chemin au monde selon les dires du guide... completement hallucinant!!!! On est arreté pour prendre quelques photos mais le vent est terrible ici! En plus on pompe comme des fous a cette hauteur! Selon le guide, ce chemin est dans le livre des records Guinness comme etant le plus haut du monde... a verifier...


Au retour, on est arreté a Pumamarca, un petit village dans une vallee completement hallucinante ou les montagnes ont des couleurs claires et diversifiees a cause des mineraux... vert, bleu, rouge, jaune... on dirait vraiment qu`ils ont peinturé les montagnes pour avoir des touristes... dans le village, il y a une petite montagne qui s`apelle le "Cerro de las siete colores"... le mont aux 7 couleurs... et il y a vraiment 7 couleurs...



On a laissé les deux belges ici car le guide les trouvait trop achalants. ;) Non, il s`arretait ici pour filer encore plus vers le nord... on a donc terminé le voyage seuls avec notre guide "privé" pour revenir vers Salta... le chemin du retour a ete tres monotone... 100km de route avec des camionneurs malades mental qui depassent sur les lignes doubles dans des detours ou sur des ponts...



On a pu discuter avec le guide un peu mais notre espagnol etant ce qu`il est, c`etait plutot un monologue... mais on a pu parler un peu des elections qui s`en viennent (en octobre) et de la situation economique du pays. C`etait interessant mais quand meme troublant de parler de la crise economique de 2001 ici... il nous a dit que c`etait vraiment dramatique... moins pire en region car les gens sont habitué de serrer les coudes, mais a Buenos Aires, c`etait le chaos total.. le monde qui se retrouvent a la rue, qui volent ou se suicident tout simplement, ne sachant pas comment s`en sortir... il etait optimiste quand meme et il adore son pays, meme si le monde conduisent mal et que la police s`en fout... Il est aussi en amour avec sa region et deteste Buenos Aires... il est quasiment devenu furieux quand on a mentionné Mendoza (ville d`une autre region du pays) et le BOCA Juniors (equipe championne de Buenos Aires).


"Ya pas juste la BOCA en Argentine! On a 23 equipes!!" dit-il avec des petites veines qui lui petaient dans la face.



On a aussi parlé des vieux chars ici... lui a 2 voitures.. dont un pick-up 1973 en parfaite condition :) on etait ben content de faire la route en Kangol finalement :)

650km de paysages incroyables en une journee....

Saturday, June 23, 2007

Los excursiones









On avait prévu louer une auto pour faire le tour de la region de Salta mais faute de permis de conduire international, volé en meme temps que le passeport et leurs regles de securite routiere assez.... disons... relaxe... on s`est plutot tournés vers des petites excursions organisées a 25$ CAD pour toute une journée.


Avec un guide qui était supposé parler anglais, on est parti faire la tournée vers Cafayate en passant par le parc national Quebrada de Las Conchas. La route pour s`y rendre etait stupefiante! Le guide (Fernando) ne parlait pas vraiment anglais, mais savait dire "motherfucker" en arabe et en allemand! Stupefiant... il savait aussi dire "Au revoir mon ami" en francais... bref, ce qui nous a rappelé que venir en Argentine sans comprendre/parler un peu l`espagnol, c`est vraiment vouloir se mettre dans la misere.


Pour en revenir a la route, on a pu admirer une vallee de plusieurs dizaines de kilometre et des montagnes de toutes sortes de couleurs a cause des multiples mineraux qui s`y trouvent. Le guide etait super content (voir trop enthousiaste) de nous montrer des structures erodees par les vents qui prennent des formes du genre : une grenouille, un canard, un pretre, un iguane... un genou (!!)... On a egalement visite la "Garganta del diablo" et l`"Anfiteatro", de grandes fractures dans les montagnes de fer, erodees par l`eau et le vent... du jamais vu...








Apres avoir atteint Cafayate, on a visité 2 vignobles ou on a gouté a quelques vins dont des franchement moyen... mais bon... on se plaindra pas quand meme... On a donc mangé un bon lomito (genre de sandwich avec des tomates, des oeufs et litteralement une tranche de steak dans le milieu) et on est reparti vers Salta avec Fernando le sympathique plurilingue.... on a du passer a travers une tempete de sable pour revenir... exactement comme une tempete de neige sur la 40, mais en beige ;)
Les paysages ici sont vraiment hallucinants... rien de ce qu`on avait vu a date, rien a voir avec les Andes à Mendoza ou les Laurentides ;)

Le passeport dans les culottes!


Apres une soiree a Termas de Rio Hondo et quelques 1.66$ CAD perdus, il fallait bien continuer notre chemin vers le nord avant d`etre obligés de joindre "l`association Argentine internationale des touristes devenus gamblers anonymes dans le casino de Termas de Rio Hondo apres s`etre rendu compte qu`y a rien d`autre a faire la".


Donc on se rend en bus a Salta, ville coloniale du nord d`ou partent plusieurs excursions dans la region pour voir "des affaires dans la region". C`etait un de nos premier vrai trajet de bus de jour alors on a pu voir plein d`affaires typiques sur l`autoroute :


- des carioles avec des chevaux

- des familles de 5 sur une petite motocyclette qui roule a 2 km/h

- des camionneurs arretés sur le bord de la route pour déguster un bon maté

- des bus en panne (rassurant!)


Finalement arrivés a Salta dans un hotel 3 etoiles de la ville on a pu demander a l`ambassade du plusse meilleur pays du monde de m`envoyer mon passeport a l`hotel direct. Un peu plus risqué que d`aller le chercher en personne dans le garde-robe consulaire a Buenos Aires, ca nous sauvait quand meme 22 hrs de bus pour retourner a Buenos Aires et un billet d`avion pour continuer notre periple au Chili...


On a donc finalement recu le passeport a l`hotel, apres avoir demandé aux 5 minutes a la reception s`ils avaient recu quelquechose. :) Un beau passeport tout neuf qui sent Ottawa. Je crois que le fonctionnaire a Ottawa s`est depeché en voyant mes photos ou j`ai vraiment l`air d`un tueur fatigué qui veut avoir un nouveau passeport au plus vite. ;)


Depuis ce temps je prends pas de chance et je porte mon passeport dans l`fond de mes culottes ;) le douanier du Chili va peut-etre trouver que ca sent le voyageur qui a eu chaud mais c`est safe. ;)

Thursday, June 21, 2007

On monte!


Apres 2 jours a glander a Cordoba ou tout etait ferme (musees, eglises, magasins, tout) a cause du jour du seigneur et de la journee du drapeau (12 congés feries ici!), nous sommes partis en direction de Tucuman... une ville moyenne du nord-ouest qu`on aura pas vu, puisqu`en arrivant au terminal de bus a 6hrs du matin, il fallait attendre quelques heures pour aller a l`hotel... on a eu l`idee d`aller plutot au village Termas de Rio Hondos...


Un petit village de campagne dans le milieu de nowhere qui est reputé pour ses eaux thermales. On s`est dit qu`une petite baignade dans des eaux chaudes nous feraient le plus grand bien. Seulement, c`est un vrai tourist trap... il n`y a pas de sources thermales proprement dites ou on peut se baigner... entk, pas en hiver. Les eaux thermales sont plutot distribues a meme le reseau d`aqueduc du village... donc la seule eau thermale (plutot tiede en plus) qu`on a eu est celle de l`hotel qu`on avait directement dans le bain!


Bref, un peu decevant comme village mais ca faisait du bien d`etre dans une petite place tranquille loin de la pollution.


Par contre, le monde se sont surement dit qu`il fallait contre-balancer le facteur tourist trap du village... ils ont donc decidé de vider les poches du touriste perdu avec un beau gros Casino... je me suis clanché une petite game de black jack a 1.66$ CAD de la main :).... ca fait pas mal moins mal au coeur que 25$ CAD de la main au Casino de Montreal ;)

Sunday, June 17, 2007

L`usine a viande...


Hier on est allé manger dans ce qui était supposé etre la meilleur parrilla (barbecue) en ville. C`etait plus une usine de mangeur de viande qu`un resto proprement dit. C`était comme une cabane a sucre ou on a remplacé le sirop d`erable par de la viande.... avec un eclairage intime au neons d`hopital et des "serveurs" portant des chemises de mecaniciens... j`imagine que tu peux faire faire un changement d`huile a ton char pendant que tu manges de la viande comme un cochon...


Bref, on a pris le "super spécial parillada pour 2 avec bouteille de vin et accompagnements" pour 20$ CAD total... les accompagnements etant une salade et ce qui se rapprochait d`une poutine aux oeufs...


2 secondes plus tard, l`orgie de viande commencait... ici on mise sur la quantité, pas la qualité. Devant nous, une petite planche a découper avec couteau a steak ou a toute les 30 secondes, un "serveur/mecano" vient deposer une piece de viande différente... boeuf, porc, saucisse, boudin...


J`attire votre attention ici... j`ai mangé du boudin mesdames et messieurs... du boudin...


Bref, apres 2 minutes et 30 secondes d`ingurgitation de morceaux de viande connus et inconnus, gras et parfois marinés, on en pouvait deja plus...


On est sorti avant d`exploser et qu`ils decident de nous reservir en parrillada aux autres clients... peut-etre meme que le boudin que j`ai mangé venait de la veine jugulaire de Raul-Alfonsin Lopez-Gonzalez qui a explosé juste avant qu`on rentre... qui sait...